Duo Stark - Presse

Malheureusement nous n'avons pas pu obtenir l'authorisation de tous les journaux d'utiliser des extraits d'article .

  • www.allmusic.com - CD Busoni/Enescu

  • “These pieces have enjoyed a respectable number of recordings already, but Stark and Pescia manage to raise the bar on both in this wonderful Claves recording. [...] Here, equal attention is paid to all parts of the sonata and the result is breathtaking; instead of coming off like a long short story, Busoni's sonata is more like a novel: it is expansive; it breathes, ebbs, and flows; and is marked with dramatic changes of scene. This is both a very well marked, yet spontaneous and inspired performance of the Busoni. The Enescu is equally good. Stark's playing of the solo part is fleet, impassioned, deeply expressive, and knowledgeable of the tradition that inspired it; Pescia's flowing accompaniment is both disciplined and loose, capturing the improvisational feel that Enescu was aiming for but staying true to the content of his text. [...] What a heck of a debut!” (Dave Lewis, 4/09)

  • Diapason - CD Schumann - Cinq diapason

  • « L’interprétation renforce le semtiment de dualité complice : piano et violon tissent un dialogue permanent, où chaque instrument prend tour à tour la parole au gré d’une choréographie bien établie. [...] Même dans les pages agitées de la Sonate op. 121, sa sonorité demeure chaleureuse, sans nuire pour autant à la violence des sentiments exprimés. A ses côtés, le piano offre un jeu équilibré, tout en rondeur et finesse. » (Jerome Bastianelli, 2/15)

  • Le Temps Genève - CD Schumann

  • « Cédric Pescia et son épouse Nurit Stark consacrent leur dernier disque à la 2e Sonate pour violon et piano de Schumann. Cette interprétation fougueuse séduit par la courbe architecturale, très bien maîtrisée, et l’alternance entre élans ravageurs et accalmies. Le violon de Nurit Stark a du caractère, accents âpres, sonorités légèrement acidulées, sur l’accompagnement magnifiquement équilibré de Cédric Pescia . Les Trois Romances de Clara Schumann sont des pièces plus modestes, dont la principale qualité est la veine mélodique. La troisième séduit par son lyrisme délicat, le violon se déployant sur un tapis d’arpèges (toucher admirablement limpide de Cédric Pescia ). Nurit Stark troque son violon pour l’alto dans les Märchenbilder Op. 113 où son archet se pare de sonorités rugueuses dans les morceaux rapides. Un beau disque dont le joyau est la 2e Sonate. »

  • Hebdo - CD Robert & Clara Schumann

  • « La tendresse et le respect pour ces deux créatures [Robert et Clara Schumann], l’un au sommet de son art, l’autre en discret chemin qui demeurera inabouti, s’entendent au travers d’une interprétation qui rend comte des excès comme de la retenue, dans une étroite fusion des voix, des élans et des nuances. [...] Nurit Stark et Cédric Pescia forment un couple dans lequel chacun garde son autonomie artistique. [...] Dans cet enregistrement, ils montrent pourtant leur parenté de pensée, d’esthétique et de timbres. Et ils saluent des interprètes visionnaires qui, il y a cent cinquante ans, ont suscité ces compositions. » (Dominique Rosset, 4.12.14)

  • Le Matin Dimanche - CD Robert & Clara Schumann

  • « Son [Cédric Pescia] jeu est comme son regard, serein, ardent, profond. [...] Avec la violoniste Nurit Stark, il vient d’enregistrer un superbe album d’oeuvres que Schumann a composées au moment des derniers feux de l’amour avec sa femme Clara. On retrouvera le duo, uni par une sensibilité rare, en totale fraternité avec les élans et le caractère fantasque de Schumann. » (Jean-Jacques Roth, 01.03.15)