Brentano String Quartet  - Presse

Malheureusement nous n'avons pas pu obtenir l'authorisation de tous les journaux d'utiliser des extraits d'article.

  • Le Temps Genève

  • « Le Quatuor Brentano se dinstingue par finesse de ses archets [...] et la musicalité qui anime cet ensemble venu de New York. Un modèle de classicisme, porté par un premier violon fruité et subtil, un second violon que ne s’efface pas, un alto au son chaud et éloquent et un violoncelle tour à tour robuste, mordant et léger. » (Julian Sykes, 19.3.14)

  • Diapason - CD Beethoven

  • « Les timbres sont superbes et la mécanique du quatuor semble ne connaître aucune limite […]. Partout Brentano démontrent leur engagement comme l’extraordinaire interactivité de leur jeu à quatre. […] Und vaste dynamique de nuances, des contrastes abrupts et une articulation d’une précision millimétrique attestent un extrême souci des plus infimes détails de l’écriture. »

  • Süddeutsche Zeitung - München

  • « Ce quatuor n’étale pas une profusion de volumes sonores. Au contraire, il se révèle être un représentant de textures caractérisées par une extrême délicatesse. Ainsi, l’humour de Haydn a été interprété d’un ton sec et les cantilènes de l’adagio ont été chantées avec une grande élégance. Associée à une disponibilité pour d’autres perspectives de mouvement ainsi qu’à une compréhension précise des rôles dans la production sonore, cette élégance tout en retenue a transformé le quatuor de Debussy, pour reprendre les termes employés par Dukas, en un « tapis aux motifs artistiques et aux couleurs mystérieuses ». Le fait qu’il soit possible de rendre un magnifique hommage à Beethoven sans avoir recours à la passion expressionniste, mais plutôt en suivant l’esprit d’une variation complexe de volumes et d’une rapidité de réaction rythmique, a déclenché un tonnerre d’applaudissements dans le public. » (Harald Eggebrecht, 14.7.12)

  • www.concerto.net - CD Beethoven op.127/op.131

  • « …leur jeu possède du relief et leur maîtrise ne cesse de fasciner : timbres finement travaillés, qualité supérieure des phrasés, netteté des transitions. »

  • La Gazette Nord-Pas de Calais

  • « Formé en 1992, le quatuor new-yorkais Brentano est souvent célébré pour ses interprétations allaint une technique parfaite à une musicalité hors pair. C’est d’autant plus vrai dans cette série des derniers quatuors de Beethoven dont ils nous lèguent ici le premier volume réunissant l’opus 127 et l’opus 131. […] Un pur cristal d’intelligence et de brillance qui fera date. »

  • Classica - CD Beethoven

  • « … c’est la légèreté, la transparence de la polyphonie dans l’opus 127 qui étonnent et convainquent. L’engagement des musiciens n’est en effet jamais synonyme d’épaisseur, et ils ôtent tout poids superfétatoire à la riche harmonie de Beethoven. »

  • Diapason - CD Beethoven

  • « Sur le plan technique, elle s’avère irréprochable. Avec des vibratos habilement variés en fonction de la ligne mélodique, une articulation ciselée et une exigence rythmique exemplaire, ils démontrent des qualités de très grand quatuor en formant une équipe aussi impressionnante sur le plan collectif qu’individuel. »

  • Utmisol - CD Beethoven

  • « Le quatuor Brentano en donne une interprétation pleine d’émotion et de retenue dans une symbiose sonore de grande qualité. On ne saurait les qualifier de révolutionnaires dans leur approche, mais on peut les créditer d’avoir voulu et pu apporter leur note personnelle, en prenant quelques distances avec des interprétations perçues comme historiques, bref un très beau moment. »

  • New York Times - Weill Recital Hall

  • “Still, the notion is generally sound, and this ensemble’s velvety tone and interpretative inten¬sity is ideal for music of maturity and emotional weight.”

  • L’Hebdo - Théâtre de Vevey

  • « L’exécution du magnifique Adagio, cœur de l’œuvre, fut magistrale. Et de nouveau l’auditeur attentif plongeait au cœur du mystère. […] le public a longuement applaudi. »

  • Diapason - CD Mozart

  • « Cette interprétation est de celles qui demandent une écoute attentive. Intègres et sobres, les Brentano ne cherchent jamais à forcer le texte. C’est surtout par une articulation très cohérente, un goût musical très sûr et un dosage soigné des nuances et des équilibres polyphoniques qu’ils parviennent à faire ressortir la perfection classique de ces deux œuvres exigeantes pour les interprètes comme pour les auditeurs. […] Une interprétation en tout point admirable, harmonieuse et raffinée, à l’image de ces deux chefs-d’œuvre de perfection classique. »

  • The Independent - Barbican series London

  • “Here [Berg's "Lyric Suite"] was music being made, the listener taken by the eras into the inherent beauty of the piece, regardless of any era. The homogeneity of approach - balance, gesture, stroke - between the players was extraordinary; the tenderness, fluency, dynamic control and architectural sense exceptional.”

  • The New York Times

  • “The Brentano String Quartet is something special. Their music making is private, delicate and fresh, but by its very intimacy and importance it seizes attention.”

  • The Independent - Barbican London

  • “Here [Berg's ‘Lyric Suite’] was music being made, the listener taken by the eras into the inherent beauty of the piece, regardless of any era. The homogeneity of approach - balance, gesture, stroke - between the players was extraordinary; the tenderness, fluency, dynamic control and architectural sense exceptional.”

  • The New York Times - Zankel Hall at Carnegie Hall

  • “The Brentano is a smart quartet that risks… The musicians plunged into the quintet with visible abandon, bodies wrapped intently around their instruments, riding the music from husky quiet to piercing climaxes.”

  • The Times (London)

  • “Such was their ferocity on Saturday night that the instruments almost burst into flames. […] The Brentanos are a magnificent string quartet. This was wonderful, selfless music making.”

  • Glasgow Herald

  • “[…] a miracle of beauty, integration ad soft-grained passion, meltingly radiant in texture and perhaps the high point of an evening filled with wonders.”

  • The New York Times

  • “[…] a raw and impassioned reading that brought out the exhilarating energy generated by Beethoven's colliding lines, the tangled thicket of counterpoint.”

  • The Washington Post

  • “A remarkable capacity for magical ensemble playing effervescent.”

  • Newsday (New York) - Zankel Hall at Carnegie Hall

  • “They play in a tense, coiled style gorgeously suited to the extremes of expression that Berg explicitly demanded in the score: 'mysterious', 'ecstatic', 'delirious', 'tenebrous', 'desolate'.”

  • The Washington Post

  • “Spectacular…Superbly balanced…Sublime.”

  • Edinburgh - Queen's Hall

  • “To the music of Haydn, Ligeti and Debussy, the players brought pulsations keenly in keeping with each composer, making their programme a study in fine detail, scrupulous colouring, vibrancy, poise, alertness, surprise.”

  • Houston Chronicle

  • “As profound as a listener could want.”

  • The Strad

  • “The glittering clarity of the Brentano's sound was intoxicating. A revelatory performance.”

  • The New York Times

  • “As usual with this ensemble, the performances were full of life. They seem to be listening to the same heartbeat.”

  • The Guardian (London)

  • “Exemplary performances [...] startling musical revelations.”

  • Kansas City Star

  • “Magnificent. The Brentanos [are] the talk of the chamber-music community.”